Partagez sur FB

 

L’équilibre du cheval est une des grandes notions de l’équitation. Equilibre sur les hanches, montant, équilibre sur les épaules, manque d’équilibre d’un cheval… essayons d’y voir plus clair dans tout ça, mais surtout de trouver comment améliorer l’équilibre de son cheval.

C’est quoi l’équilibre d’un cheval en fait ?

 

A cheval, comme dans tous les domaines, la notion d’équilibre sous-entend l’idée de répartition du poids. La meilleure image que l’on peut en avoir est celle d’une balance.

 

Tout savoir sur l equilibre du cheval

 

En fonction de l’exercice, du terrain, de sa force, de son âge, de son niveau de dressage, des demandes du cavaliers… le cheval va répartir différement son poids ce qui va modifier son équilibre. Ce qui nous permet également de dire que le cheval n’a pas un seul, mais plusieurs équilibres, en fonction de cette répartition du poids.

De plus, le cheval a tout comme nous deux axes d’équilibre:

  1. L’axe « avant-arrière » appelé l’équilibre longitudinal
  2. L’axe « gauche-droite » appelé l’équilibre latéral

 

L’équilibre longitudinal

L’équilibre longitudinal chez le cheval est défini par la répartition du poids et du centre de gravité du cheval (ou du couple cheval cavalier) entre son arrière main et son avant main.

Pour comparer il s’agit d’envisager qu’un des plateau de la balance représente l’avant main (garrot,antérieurs, épaules, encolure, tête). Et l’autre plateau l’arrière main (croupe, postérieurs).

Ou de nous imaginer nous même, debut immobile gérer notre cente de gravité, en nous penchant plus ou moins en avant ou en arrière.

Si nous chargeons le plateau « avant-main », il descend, et le plateau arrière main remonte, nous parlons alors chez le cheval d’un équilibre sur les épaules ou descendant.

Si les deux plateaux s’équilibrent mutuellement, nous parlons d’un cheval à l’équilibre horizontal.

Si le plateau « arrière-main » prend plus de poids et s’abaisse, il libère du poids du plateau « avant-main » qui s’allège et remonte. Nous avons dès lors un cheval dans un équilibre montant, sur les hanches (hors-board).

Et bien entendu, il existe toutes les nuances possibles entre l’équilibre du cheval le plus montant possible, et l’équilibre le plus descendant possible.

 

l equilibre du cheval

L’équilibre latéral

Dans le même temps, le cheval doit gérer son équilibre latéral, nous pouvons là comparer cet équilibre à un motard ou un skieur négociant un virage, en reportant du poids plus ou moins à l’intérieur ou à l’extérieur lors d’un tournant.

Sur la ligne droite le cheval aura généralement un équilibre latéral neutre, les plateaux gauche/droite s’équilibrant.

Sur la courbe, certains chevaux auront tendance à surcharger le plateau intérieur, il s’agit des chevaux qui « tombent sur l’épaule intérieure » ou se « couchent » sur le cercle

D’autres chevaux chargeront le plateau extérieur, en donnant le sentiment à leur cavalier de vouloir toujours agrandir le cercle. Nous parlons des chevaux qui « s’échapent » dans leurs épaules.

 

Comment savoir dans quel équilibre mon cheval est ?

L’équilibre d’un cheval est à mon sens toujours à prendre en compte à l’instant T, premièrement parce que cet équilibre peut varier comme nous l’avons vu, mais deuxièmement parce qu’il est également lié à la conformation physique, l’âge du cheval son niveau de dressage…

Il est possible de juger l’équilibre d’un cheval à pied en le regardant évoluer, et en se concentrant sur nos sensations une fois monté en selle.

 

En ce qui concerne l’équilibre longitudinal:

Il faut pour évaluer à pied l’équilibre longitudinal d’un cheval envisager son garrot comme le plateau « avant-main », à ce propos je dis souvent que le siège de l’équilibre est le garrot, c’est donc lui en très grande partie qui influe sur l’équilibre général du cheval, et non la nuque !!

Le plateau arrière main serait le haut de la croupe.

 

L’équilibre horizontal

Lorsque vous regardez un cheval de profil, si le garrot et la croupe sont à la même hauteur, le cheval est dans un équilibre horizontal.

En selle vous aurez le sentiment d’être à vélo sur une route plate.

Il s’agit de l’équilibre de bon nombre de chevaux de selle, ayant appris à gérer leur équilibre avec un cavalier sur le dos, sans pour avoir encore réussi à le transformer en équilibre montant.

 

l equilibre du cheval

L’équilibre descendant

Si le croupe est visuellement plus haute que le garrot, le cheval est dans un équilibre descendant. Monté vous aurez le sentiment d’être penché vers l’avant, un peu comme dans un manège lorsqu’il descend et nous donne l’impression de tomber vers l’avant dans le vide.

C’est l’équilibre « naturel » de beaucoup de chevaux de course. Cet équilibre est recherché car il permet au chevaux une plus grande vitesse.

A ce propos, regardez les premières foulées des sprinters au 100m, les athlètes restent fort penchés vers l’avant. En positionnant leur centre de gravité ainsi, ils sont en déséquilibre vers l’avant, et courrent pour rattraper leur équilibre… ce qui accroit la vitesse plus rapidement…

 

Tout savoir sur l equilibre des chevaux pour l ameliorer

L’équilibre montant

Il est l’équilibre ultime recherché dans cette idée du cheval rassemblé.

Equilibre du cheval de Dressage, mais également de CSO, CCE, il est celui qui assure un report de poids maximal vers les postérieurs, une asance et une conduite facilité pour les équitations disons « classiques ».

L’équilibre sur les hanches est un prérequis aux airs de haute-école, et au Dressage de haut niveau.

Ici, le garrot sera visiblement plus haut que les hanches, donnant ce sentiment que l’impulsion amène les jarrets sous la masse du cheval énergiquement, face à une avant main qui se grandit comme pour avancer moins vers l’avant que vers le haut.

Monté vous devez ressentir cet abaissement des hanches et se relèvement du garrot, un peu comme si le cheval était petit (bas) de derrière, et grand de devant.

 

L equilibre montant du cheval rassemble

En ce qui concerne l’équilibre latéral:

Là encore en fonction de l’équilibre latéral du cheval les sensations seront différentes. Bien que les déséquilibres latéraux puissent être présents en ligne droite, ils seront plus marqués sur les courbes et les cercles, plus encore dans les allures vives.

 

Le cheval qui tombe à l’intérieur:

Visuellement et une fois en selle, nous avons tout simplement le sentiment comme en moto d’être couché vers l’intérieur du cercle, comme si le cheval venait le rétrécir de lui même.

 

Equilibre lateral le cheval qui tombe a l interieur

Le cheval qui fuit vers l’extérieur:

Comme déjà dit, à l’inverse le cheval va donner le sentiment de ne pas vouloir respecter le diamètre du cercle, fuyant vers l’extérieur pour agrandir sa taille.

Il échape au contrôle dans ses épaules, ployant parfois fort la tête vers l’intérieur sous la demande de la main intérieure, mais continuant à partir vers l’extérieur avec le reste de son corps. Très fréquent chez les jeunes chevaux.

Ce sentiment de ne pas réussir à tourner ou d’être attirer vers l’extérieur est bien plus présent dans les allures plus vives, comme au galop, lors d’un parcours rapide…

 

Le cheval qui fuit vers l exterieur

Quel est le bon équilibre ?

 

Avant toute chose, il convient de clamer haut et fort deux choses:

  1. Il n’y a pas de chevaux en « déséquilibre » !
  2. Il n’y a pas de bon ou de mauvais équilibre !

NON !! Votre cheval n’est pas en « déséquilibre », il a peut être un équilibre descendant, ou sur les épaules, mais NON il n’est pas en déséquilibre.

Sinon il tomberait !

Et non, il n’y a pas de bon ou de mauvais équilibre, il est préférable de parler d’équilibre plus ou moins adapté à la discipline, ou la situation donnée.

Nous entendons souvent que dans nos disciplines Dressage, CSO, CCE, le cheval n’a pas un bon équilibre s’il n’est pas montant. Mais cela n’est valable que pour nos besoins !!

Un jockey, vous direz qu’un cheval avec un fort équilibre sur les hanches n’a pas un bon équilibre pour galoper très vite…

Ceci posé, nous allons maintenant nous concentrer sur l’équitation « classique » et donc la recherche d’un équilibre montant.

 

Comment améliorer l’équilibre de mon cheval ?

 

Améliorer l’équilibre longitudinal de mon cheval

 

Beaucoup de chevaux présentent un équilibre naturel longitudinal horizontal au mieux, et descendant au « pire » pour nous. L’ensemble du travail de base permettra d’améliorer cet équilibre, en particulier chez le jeune cheval qui va devoir apprendre à gérer un équilibre nouvellement contrarié par le poids du cavalier.

Pour gagner en équilibre sur les hanches, le cheval va devoir apprendre à supporter plus de poids sur son arrière-main, garder un dos arrondi pour porter son cavalier et remonter son avant main.

L’attitude

La mise en main, et les variations d’attitudes, tantôt à niveau, tantôt plus ronde et plus basse vont favoriser l’amélioration de la souplesse de le ligne du dessus, l’aisance des épaules, la remontée du garrot, l’engagement des postérieurs…

Mais surtout la possibilité d’utiliser, pour le cheval, son dos comme un ressort que l’on étire et comprime, cette connexion entre arrière-main et avant-main sera indispensable pour avancer pas à pas vers le rassemblé et la capacité à abaisser les hanches et remonter son avant main.

 

Apprendre a mettre son cheval en place

Les transitions

Les transitions d’allures et dans les allures seront les outils les plus performants pour améliorer l’équilibre de votre cheval.

Lors des transitions montantes, les postérieurs poussent la masse vers l’avant en s’engageant dessous. Pour réaliser les transitions montantes dans la décontraction, la rondeur ET le respect de la mise en main (et de l’attitude), le cheval ne va pas devoir venir se crisper, buter ou tirer sur vos rênes, et pour l’éviter il devra « se tenir » de lui même, donc monter son avant main.

Un peu comme si les postérieurs voulaient partir vers l’avant, mais l’avant main hésitait. Les postérieurs viennent chercher du poids par en dessous.

Lors les transitions descendantes, l’avant-main « ralentit » en se grandissant pour céder à l’action de vos mains, sans opposer de résistance. Les postérieurs restant actifs même dans l’allure qui se réduit restent engagés.

L’avant-main, vient « placé » du poids au dessus des postérieurs.

Le travail en extérieur

Le travail en terrain varié, et en particulier les montées et les descentes vont grandement participer à améliorer l’équilibre de votre cheval.

L’idée générale est toujours la même:

  • Améliorer la puissance des postérieurs pour qu’ils puissent venir sous la masse, porter plus de poids
  • Améliorer la légèreté de l’avant-main et sa capacité à se remonter.

 

Travailler l equilibre de son cheval en exterieur

Les assouplissements latéraux

L’ensemble des assouplissements latéraux va être d’une grande utilité dans la volonté d’amener votre cheval vers un équilibre plus montant.

Les exercices développant l’aisance des épaules vont contribuer à délier le bloc épaules-garrot lors du croisement des antérieurs, et facilité la montée du garrot.

Les exercices demandant aux postérieurs de croiser, vont inviter les postérieurs à engager, et venir loin sous la masse, et les hanches à s’abaisser.

On dit que la souplesse latérale est au service de la souplesse longitudinale, qui permet entre autre d’améliorer l’équilibre (lire l’article: Assouplir le côté raide de mon cheval).

 

A l’obstacle

Pour les chevaux de CSO ou de CCE (rien ne vous interdit de petits exercices d’obstacles avec votre cheval de Dressage!!) vous pourrez utiliser l’ensemble des mécanisations, en particulier les lignes à une foulée.

Mais également les lignes de cavaletti en variant le nombre de foulées entre les deux obstacles.

Vous trouverez dans mon livre 42 exercices de CSO des idées pour faire progresser votre cheval:

 

42 exercices de saut d obstacles pour faire progresser son cheval

Le reculer

Demander régulièrement mais sans excès à son cheval de reculer quelques pas est un très bon moyen de « ramener » du poids de l’avant main vers l’arrière main.

Il est nécessaire toutefois de prendre quelques précautions pour ce mouvement particulier:

  • Eviter de reculer avant d’avoir détendu au galop, pour être sûr d’avoir un cheval au dos bien échauffé.
  • S’assurer de reculer bien droit et en ligne.
  • Reculer sans que le cheval ne se crispe, lâche son dos, lâche la main, ne retourne l’encolure (s’accule).
  • Repartir vers l’avant franchement pour profiter de ce report de poids pour « activer » les postérieurs.

 

Améliorer l’équilibre latéral

 

Le cheval qui se couche

Il conviendra dans un premier temps, dans des allures lentes de perfectionner l’incurvation. Un de mes exercices préférés pour aider les chevaux à rétablier l’équilibre latéralement est la spirale.

Autour d’un point de repère comme un chadelier ou un plot, dessiner un cercle qui sera tantôt rétrécit, tantôt agrandi, tout en conservant l’incurvation à l’intérieur.

Le programme complet, comprendre cette problématique et les exercices adaptés en cliquant ici.

 

Le cheval qui part vers l’extérieur

Je vous conseille lorsque votre cheval « fuit » vers l’extérieur de basculer en contre incurvation.

Si lorsque vous demandez à votre cheval de tourner à droite par exemple, en incurvation à droite, et qu’il s’échappe dans ses épaules et son garrot vers la gauche, vous emmenant de plus en plus vers l’extérieur de votre cercle.

Basculer en pli externe gauche, cela replacera immédiatement le garrot vers la droite, et à l’aide de vos deux mains, continuez votre demande de tourner vers la droite…

 

L equilibre du cheval

Les défauts les plus fréquents du cavalier pour améliorer l’équilibre

 

Tout le monde ne voit pas en équitation, les choses de la même manière. Je trouve cela d’une importance capitale car cela fait la richesse de notre sport et la possibilité pour chacun d’entre nous d’étoffer ses connaissances.

Cependant, il y a certaines croyances qui peuvent limiter ou bloquer votre progression:

Nuque point le plus haut = Equilibre

 

NON !! Ce n’est pas parce que votre cheval est placé avec la nuque en point le plus haut qu’il est en équilibre. Le siège de l’équilibre est le garrot et non la nuque.

Bien sûr, avec un cheval qui abaisse les hanches, engage les postérieurs sous la masse, un dos souple et rond, un garrot qui se remonte, une base de l’encolure ronde qui se soutient (donc déjà clairement en équilibre montant) si votre cheval vient de lui même soutenir plus encore sa tête en se positionnant nuque point le plus haut vous obtiendrez un équilibre plus montant encore…

Mais hélas, les principes de base de cette doctrine sont trop souvent oublié au profit d’action de mains du cavalier dans la bouche du cheval pour lui faire remonter la tête. Renversement de l’encolure, affaissement du garrot, creusement du dos, éloignement des postérieurs… Mais aucune amélioration de l’équilibre !!

 

L equilibre du cheval

Pas de poids sur les rênes = Equilibre

NON !!! Là encore un raccourci…

La légèreté découle de la décontraction, de la souplesse de la ligne du dessus et du respect du cadre et de l’équilibre.

Mais un cheval qui a peur de la main, reçoit des « coup de sonnette » pour ne jamais venir dans la main de son cavalier, ne peut pas mettre son dos en place et permettre à l’impulsion de circuler librement des postérieurs vers l’avant main.

Une mise en main « plaquée » avec un cheval figée qui a peur de la main et/ou du mors ne pourra pas fonctionner correctement et améliorer son équilibre.

J’ai rencontré des chevaux très légers sur les rênes avec un équilibre sur les épaules, et des chevaux avec un équilibre naturel incroyablement montant, et pourtant de vraies enclumes au bout des rênes…

Baisser les bras

Rien n’est une fatalité en équitation, et tous les chevaux peuvent progresser.

Est ce que un pur-sang né pour galoper vite sur un champs de course pourra un jour avoir le même équilibre montant qu’un cheval de dressage type ibérique né déjà avec naturellement cet équilibre très sur les hanches ??

Sans doute que non. Mais certainement jamais si vous ne vous mettez pas au travail !

 

L equilibre du cheval comment l ameliorer

Conclusion sur l’équilibre du cheval

L’équilibre est réellement une des très grandes notions en équitation.

Il faut prendre conscience de l’équilibre naturel de notre cheval, puis par le travail le façonner pour l’amener vers un équilibre plus montant.

Cet équilibre facilite la conduite du cheval dans les disciplines que nous pratiquons, il permet également une équitation plus fine, plus légère, plus agréable pour le cavalier comme pour le cheval.

Cependant, tous les chevaux n’ayant pas un équilibre montant ne sont pas pour autant difficiles, désagréables à monter, ou non performants.

Certains chevaux présentant un équilibre descendant, moins adapté, le gèrent pourtant très bien et sont compétitifs.

Être souple, décontracté, bien dans son corps est plus important encore.

 

Un équilibre montant est un atout, mais ne fait pas tout.