Partagez sur FB

 

Le stretching du cheval: indispensable !

Le stretching du cheval a une place de choix dans l’entraînement quotidien du cheval de sport, de loisir ou d’instuction. Cette recherche de la décontraction musculaire par une attitude basse et étendue. Il permet également d’ouvrir la porte du relâchement mental du cheval.

Cet étirement de toute la colonne vertébrale est préconisé par beaucoup de grands cavaliers, d’instructeurs. De très nombreuses “méthodes” font du stretching du cheval une base incontournable.

Le but recherché est un cheval qui va totalement déplié son encolure vers l’avant et le bas. Recherchant à étendre sa ligne du dessus, jusqu’à presque toucher le sol avec son bout du nez. On a tendance à dire que l’on cherche à ce que le cheval “mette son nez par terre”, ou dans le sable.

 

 

Le stretching du cheval: pourquoi ?

 

Cette attitude est une des attitudes qui va nous permettre d’assouplir la ligne du dessus du cheval, et donc son dos.
Le stretching a donc comme intérêt non seulement d’étirer longitudinalement le cheval, mais également de l’assouplir.

C’est de plus une attitude qui favorisera la décontraction du cheval physique et mentale.
En effet les attitudes basses incite le cheval à se décontracter. Ce qui invite le cheval à se relâcher mentalement… Ce qui l’incitera plus encore à se décontracter physiquement !! (Ce que j’apelle le cercle vertueux!!)

 

stretching du cheval

 

Le stretching du cheval : comment ?

 

Ce travail de décontraction et d’assouplissement ne peut apporter le bénéfice attendu que si ces trois points clés sont respectés:

 

1 – Des postérieurs engagés

 

Pour obtenir un stretching du cheval dans sa globalité il faut viser à étirer toute sa ligne du dessus… L’extension d’encolure doit être combinée avec l’engagement des postérieurs pour assurer un travail dans le bon sens.

Ainsi l’ensemble des espaces inter-vertébreux sont (un peu) étirés les uns des autres, ce qui étire toute la colonne vertébrale. La tête et l’encolure entraînant les premiers vers l’avant. Les postérieurs entraînant les derniers vers l’arrière.

De plus en restant actifs, les postérieurs gardent votre cheval en mode “propulsion”. Car le piège serait d’avoir un cheval qui se tracte avec ses antérieurs, tout le poids de l’encolure vers l’avant, au détriment de l’équilibre.

 

stretching du cheval

2 – descendre sans prendre appui sur la main

 

Deuxième points d’attention du cavalier: le stretching du cheval n’est pas une raison pour lui de tirer ou prendre appui sur la main.

Un cheval qui se tient seul est une des priorités pour travailler son cheval correctement. Demander ou laisser son cheval s’étirer n’est pas une raison pour le laisser vous tirer les rênes vers le bas. De même, vos mains ne sont pas des béquilles sur lesquelles il peut se reposer. Il doit descendre son encolure, tout en conservant son équilibre et porter sa tête seul. Basse certes, mais seul !

Le maintien de l’activité, avec des postérieurs qui restent engagés sous la masse. Et un cheval qui descend en se tenant tout seul, sans peser sur les rênes seront les garants de l’équilibre.

A ce titre, si les points évoqués sont bien respecter, le stretching du cheval devient un puissant allié pour apprendre aux chevaux à se tenir seul, et améliorer leur équilibre !!!

 

stretching du cheval

3 – Ne pas tirer pour obtenir cette attitude

 

Le dernier point d’attention est plus lié à la manière de demander aux chevaux de descendre leur encolure et s’étirer.

Il est inconcevable d’obtenir un stretching du cheval utile et bénéfique par la contrainte. C’est au contraire la décontraction, qui induit la souplesse de la ligne du dessus qui invite (et permet) au cheval de s’étirer vers le bas.

Tirer et forcer l’encolure vers le bas ne développe qu’une chose: la force de résistance des chevaux vers le haut…

Pour autant, je constate lorsque je reçois des cavaliers en stage, que beaucoup n’obtiennent pas de leur cheval un stretching maximal pour une raison. La plupart de ces cavaliers n’osent pas laisser une longeur de rênes suffisament longue…

Du coup les chevaux descendent, mais sans aller au maximum qu’ils le pourraient de peur de butter contre le mors…

 

Le stretching du cheval est donc primordial dans l’entraînement quotidien de votre partenaire. Travailler dans le bon sens, dans l’harmonie musculaire nécessite de rechercher la décontraction de votre cheval au travail.

Etirer toute la ligne du dessus de votre cheval est une des possibilité pour l’amener à se décontracter et mieux utiliser son corps. C’est pourquoi nous débutons et nous terminons chacune de nos séances, avec l’ensemble de nos chevaux dans cet esprit…

 

Ne vous creusez plus la tête pour trouver l’exercice qui fera progresser votre cheval:

 

exercices equitation cheval